Jean-Paul Demoule, l’indo-européen et la linguistique historique. A propos de l’ouvrage « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »

Comme linguiste historique, je pratique la même linguistique que les indo-européanistes ; mais du fait que j’étudie des langues d’Asie, on ne saurait m’accuser de le faire au motif que je penserais que les locuteurs des langues indo-européennes sont les meilleurs des  hommes. La motivation des linguistes historiques n’est pas de fabriquer des mythes pour justifier la colonisation ou le nationalisme, mais de comprendre le passé. Telle est la tradition, d’abord indo-européaniste, qui mène de Leibniz à Franz Bopp, Rasmus Rask, Jacob Grimm, Michel Bréal, aux néo-grammairiens et à leurs adversaires Johannes Schmidt et Hugo Schuchardt; et à Saussure, Schrader, Meillet et bien d’autres actifs hier et  aujourd’hui.

Le livre de Jean-Paul Demoule “Mais où sont passés les indo-européens ?” (Seuil, 2014) contient des attaques de principe contre la linguistique indo-européenne. On trouvera sur les carnets de Thomas Pellard et Guillaume Jacques un catalogue d’erreurs diverses, factuelles ou conceptuelles  (ici, ici, ici, ici, ici, et ici). Au-delà de l’indo-européen, Jean-Paul Demoule est obsédé par l’idée que les arbres ne donnent pas une bonne représentation de l’histoire des langues (mais chacun sait que les arbres n’expriment que la circulation dans l’histoire d’une partie des matériaux d’une proto-langue, celle qui est la plus réfractaire à l’emprunt).  Il vitupère la paléontologie linguistique, dont il semble penser qu’aucun usage judicieux ne peut être fait. Il promeut l’idée autrefois avancée par Troubetskoï, selon laquelle le proto-indo-européen n’a pas existé en tant que langue réelle parlée par une population réelle, mais seulement en tant que convergence, jamais accomplie, entre des langues au départ différentes.

Jean-Paul Demoule n’est pas bien informé sur les linguistes historiques modernes (y compris ceux qui travaillent sur les langues indo-européennes) : ceux-ci possèdent dans leur grande majorité une vision universaliste des langues et des cultures. Il n’est pas bien informé non plus sur la linguistique historique moderne, qu’elle s’occupe de langues indo-européennes ou d’autres familles. Contrairement à ce qu’il croit, les linguistes historiques ne considèrent pas que les langues sont des capsules fermées navigant dans le temps et l’espace sans s’influencer les unes les autres. La description des faits de contact est un élément obligé de toute description de langue, et sa contribution à l’histoire des mêmes langues un thème essentiel des travaux en linguistique historique. Au cours des décennies suivant la dernière guerre, des centaines, voire des milliers de situations de contact entre langues ont été décortiquées, et les résultats de ces études résumés dans des livres, tels que celui de Thomason et Kaufman 1987 (que Jean-Paul Demoule cite, d’ailleurs).

Il est maintenant bien établi que les langues contiennent des matériaux divers, dont la résistance à l’emprunt (c’est-à-dire au transfert entre langues en contact) varie de façon spectaculaire. Pour schématiser, le vocabulaire dit ‘culturel’ (noms d’artefacts, de métaux, termes techniques, religieux ou philosophiques, légaux, économiques, poids et mesures etc.) s’emprunte extrêmement souvent : toute situation de contact entre langues inclut au minimum ce genre d’emprunts. Les changements dans l’ordre des mots (par exemple entre le verbe et son sujet) induits par contact ne sont pas rares ; au nombre des éléments rarement empruntés, on compte le vocabulaire dit “de base”—il s’agit de notions communes à toutes les langues, en particulier les pronoms personnels je-tu, les nombres 1-2-3, les noms de parties du corps telles que main-oeil-tête, certains verbes tels que manger-mourir-aller. Quant à ce que les linguistes appellent la “morphologie flexionnelle” (pour l’indo-européen, les déclinaisons des noms et des adjectifs , ainsi que les conjugaisons des verbes) elle ne s’emprunte qu’extrêmement rarement : je n’en connais qu’une poignée de cas décrits dans la littérature. Guillaume Jacques en a cité trois (ici) ; on peut y ajouter la toute petite langue dite media lengua en Bolivie, dans laquelle des racines verbales espagnoles sont conjuguées comme des verbes quechua (ici).

Pour que les langues indo-européennes classiques partagent des conjugaisons verbales semblables non seulement formellement, mais dans leur substance phonétique, il est indispensable, sous l’hypothèse de convergence de Troubetskoï et Demoule, de supposer que cette conjugaison a été transférée de langue à langue au cours d’un ou plusieurs évènements de contact. De même pour la déclinaison des noms. Or les exemples de ce processus sont trop rares et soumis à des conditions trop exceptionnelles pour que l’explication soit plausible. Si Jean-Paul Demoule souhaite maintenir le contraire, il faut qu’il présente de nombreux cas de transfert de paradigmes flexionnels en situation de contact de langues. Que dire de plus ?

A l’ombre d’une critique bienvenue des dévoiements racistes de l’idée indo-européenne, le livre de Jean-Paul Demoule s’engage dans un autre débat, qui lui, n’a rien à voir avec l’indo-européen : il promeut implicitement l’idée que les processus culturels sont par nature diffus et en réseau, et n’impliquent pas de migrations ou d’expansions de populations. On songe au débat opposant un autre archéologue, Edward Terrell, aux partisans linguistes, archéologues et généticiens de l’idée selon laquelle les quelque 1280 langues austronésiennes proviennent d’une langue ancestrale parlée il y a entre 5000 et 6000 ans à Taiwan. Les arguments de Terrell dans une contribution de 2001 à Current anthropology (ici) sont semblables à ceux de Demoule, et les contributions des linguistes et archéologues (voir notamment la réponse de Peter Bellwood à la suite de l’article) semblables à nos objections.

Est-ce parce que les archéologues ne trouvent sous terre que les équivalents matériels des mots du vocabulaire culturel, que certains d’entre eux sont enclins à expliquer l’histoire uniquement en termes d’influences, de contacts et et de réseaux ? on ne trouve pas sous terre de conjugaisons, de pronoms personnels, ou de noms de parties du corps.

——-

Thomason, S. G., and T. Kaufman (1987) Language contact, creolization, and genetic linguistics. Berkeley and Los Angeles: University of California Press.

Cite this post as: Laurent Sagart, "Jean-Paul Demoule, l’indo-européen et la linguistique historique. A propos de l’ouvrage « Mais où sont passés les Indo-Européens ? »," in Sino-Tibetan-Austronesian, 17/03/2018, https://stan.hypotheses.org/186.